Logo Orchestre de ParisLogo Orchestre de Paris La discothèque
de Monsieur ONDE
logo Mélancolique
#Mélancolique
onde
Musique funèbre maçonnique
onde
Symphonie n° 6 "Pastorale"
onde
Concerto pour piano n° 5
onde
Symphonie n° 7
onde
Symphonie n° 4
onde
Symphonie n° 9
onde
Songe d’une nuit d’été
onde
Ouverture des Hébrides
onde
Manfred, ouverture
onde
Prélude de Parsifal
onde
Symphonie n° 3
onde
Le poème de l’Extase
onde
Images, Ibéria
onde
Jeux
onde
Gurre-Lieder
onde
Messe glagolitique
onde
Les Offrandes oubliées
onde
Danses symphoniques
onde
Quatre derniers lieder, Au crépuscule
onde
War Requiem, pour solistes, chœur et orchestre
onde
bouton vidéo précédentebouton vidéo précédentebouton changer émotionbouton favoris videbouton de partagebouton vidéo suivantebouton vidéo suivante
 Aléatoireenregistrerpartager 
Connectez-vous pour enregistrer cette vidéo dans vos favoris !

Strauss
Quatre derniers lieder, Au crépuscule - 1950

Ce lied est la dernière œuvre de Strauss, qu’il conçoit sciemment comme un adieu à la musique. Il est inspiré d’un poème de Eichendorff qui parle du repos de deux amants dans le soleil couchant.

L’atmosphère lyrique et optimiste du début s’assombrit à l’entrée de la voix.

Strauss livre une œuvre testamentaire rayonnante d’apaisement.
Elle s’achève sur les derniers vers du poème :
"Nous sommes fatigués de marcher Est-ce donc cela que la mort ?"
Il mourra un an plus tard, en 1949.

Ah, Strauss me tire les larmes !

image de césure des votes
petits coeurs EXPRIMEZ VOS ÉMOTIONS
#frisson
3
#surprenant
2
#mélancolique
19
#bof
10
#extase
10
#tragique
17
Connectez-vous pour pouvoir réagir !
NATIXIS logoNatixis, Mécène de l’Orchestre de Paris, apporte son soutien à Monsieur Onde