Logo Orchestre de ParisLogo Orchestre de Paris La discothèque
de Monsieur ONDE
logo Surprenant
#Surprenant
onde
Concerto pour piano n° 9 "Jeunehomme"
onde
Symphonie n° 83 "La Poule"
onde
L'Ouverture de Fidelio
onde
Ouverture du Freischütz
onde
Symphonie n° 9
onde
Harold en Italie
onde
Concerto pour piano n° 1
onde
Tableaux d’une exposition : « La cabane sur pattes de poule »
onde
Suites de Peer Gynt, Dans l’antre…
onde
Symphonie n° 1
onde
Symphonie n° 4
onde
Symphonie n° 4
onde
Ainsi parlait Zarathoustra
onde
L’Apprenti sorcier
onde
Nocturnes « Nuages »
onde
Une vie de héros
onde
Le Chant de la Terre
onde
Passacaille
onde
Cinq pièces pour orchestre, Couleurs
onde
L'Oiseau de feu
onde
Les Cloches
onde
Ma mère l’Oye, Laideronette
onde
Jeux
onde
Le Sacre du printemps
onde
Symphonie n° 5
onde
Une symphonie alpestre
onde
Suite Scythe
onde
Parade
onde
Symphonie n° 1 "Classique"
onde
La Valse
onde
Le Tombeau de Couperin, Menuet
onde
Concerto pour piano n° 3
onde
Le Mandarin merveilleux
onde
Rhapsody in blue
onde
Les Biches
onde
Boléro
onde
Symphonie de Psaumes
onde
Concerto en sol
onde
Concerto pour piano
onde
Concerto pour violon n° 2
onde
Concerto pour orchestre
onde
Concerto pour orchestre, Jeu de couples
onde
Atmosphères
onde
Tout un monde lointain, Miroir
onde
Sinfonia « O King »
onde
Mass
onde
Rituel in memoriam Bruno Maderna
onde
Echo-fragmente
onde
bouton vidéo précédentebouton vidéo précédentebouton changer émotionbouton favoris videbouton de partagebouton vidéo suivantebouton vidéo suivante
 Aléatoireenregistrerpartager 
Connectez-vous pour enregistrer cette vidéo dans vos favoris !

Boulez
Rituel in memoriam Bruno Maderna - 1975

Écoute ce Rituel, construit sur l’opposition de deux idées musicales. La première est un accord de cuivres, rythmé de quelques coups de gongs.

La deuxième est un solo de hautbois souligné par la pulsation constante d’un petit tambour à peau appelé tabla. Cette pièce, en hommage au compositeur Bruno Maderna, évoque la musique japonaise de cour, appelée gagaku.

Lors de la reprise du choral, les cuivres jouent avec sourdine, émettant un son plus métallique et agressif.

L’orchestre est divisé en huit groupes, répartis autour du public, ce qui accentue l’impression de mausolée sonore. Pierre Boulez dédie cette pièce à la mémoire de son ami compositeur Bruno Maderna.

Ah, Boulez m’apaise !

image de césure des votes
petits coeurs EXPRIMEZ VOS ÉMOTIONS
#frisson
12
#surprenant
18
#mélancolique
11
#bof
3
#extase
4
#tragique
3
Connectez-vous pour pouvoir réagir !
NATIXIS logoNatixis, Mécène de l’Orchestre de Paris, apporte son soutien à Monsieur Onde